AccueilS'enregistrerConnexion
Juillet 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 la jeunesse d'Ogovi (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
harki
Cadet
Cadet
avatar

Nombre de messages : 108
Age : 40
Localisation : Au soleil
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: la jeunesse d'Ogovi (2)   Sam 15 Nov 2008 - 10:40

La directrice bouclait ses dossiers alors qu’elle surveillait, d'un œil distrait, la souillon qui finissait le ménage dans son bureau.
Se détournant un instant de son écran, elle contempla, les formes de la fille convertie en jeune femme.

La nouvelle responsable du centre d’adoption, ancienne surveillante, s'était accrochée pendant 12 ans pour atteindre ce poste. Elle avait torché, corrigé et battu d’innombrables mioches, tous plus tarés les uns que les autres.
Malgré des accidents regrettables, la mort de cheni âgé de 10 ans suite à une chute dans l'escalier, entre autres, elle avait su creuser son trou dans cette respectable institution.

Tu parles ! Deux ans déjà qu’elle était parvenue au sommet de l’organigramme, et elle ne couvrait toujours pas ses frais. Ses débauches, ses goûts, ses vices, engloutissaient l’ensemble de son salaire, pourtant confortable.
Heureusement, elle avait grâce à certains contacts inavouables, finis par trouver une manne inépuisable de revenus.
Tant qu'il y aurait des jeune filles et garçons de tous âges, elle toucherait sa part. Ces monstres attardés seraient enfin utiles

Lors de sa prise de pouvoir, l’ancienne surveillante monta rapidement un « catalogue » avec photos à l’appui

Ses clients habituels aimaient les enfants les plus jeunes, purs et apeurés, mais son dernier contact semblait avoir une attirance particulière pour la «petite » Harki.

La directrice déshabilla longtemps des yeux l’adolescente âgée aujourd'hui de 17 ans, pensive, la regardant finir le ménage. Elle était belle et bien formée, ses yeux verts ne cessant d'être subjuguant.

-Ce soir, tu te présenteras dans mon bureau, à 22h. Soit ponctuelle et ne me force pas à venir te chercher. Notre ami vient te voir-

L’ex surveillante ne fut pas surprise de voir Harki répondre d'un simple hochement de tête, accompagné d'un murmure inaudible qu’elle prit pour un « Oui, madame ».

Finalement, que cette gamine ne se rebelle jamais, qu’elle ne montre aucune émotion, était une bonne chose. Pour avoir passé plusieurs moments intimes avec elle, elle la savait complètement soumise, se pliant à tous ses fantasmes.
Elle lui avait pourtant fait subir tout ce qui lui était passé par la tête, dans ses moments de défonce les plus intenses, et la jeune fille ne bronchait jamais, comme absente. Pauvre idiote.

Elle éteignit l'écran de son ordinateur, se leva pour verrouiller la porte de la pièce et s'assit sur le bureau, jambes écartées.
-Viens ici, viens me voir- lui dit elle

Harki abandonna l'aspirateur et s’installa, le visage impassible, à genoux entre les cuisses de la matrone, comme elle en avait reçu maintes et maintes fois l’ordre depuis des années.

-Alors, mon sale petit animal, ne t'avais je pas dit que tu finirais pute ?-
La directrice sourit en grognant, le visage déformé par le plaisir.

Le général Veldax, âgé d une soixantaine d'années, haut responsable du ministère de la Sauvegarde de l’Ordre Moral, branche obscure du COMPORN, aimait son travail.
Préserver la société de toutes dérives possibles, telle était sa responsabilité.
Il aimait traiter tout ces dossiers, emplis de débauches et de luxure, pour froidement ensuite, envoyer les coupables pourrir dans les endroits les plus terribles.
Il était riche, puissant, et indispensable au bon fonctionnement d’une société moderne.

Afin de mieux discerner les écarts de conduite, il était toujours à l’affût d’une nouvelle perversion, toujours enclin à les essayer lui-même, pour se forger sa propre idée.
Grâce à la complicité d'une responsable d'orphelinat, il avait pu ainsi essayer toute les pratiques mentionnées dans les dossiers.

Pourquoi ne le ferait il pas ? Il en avait le pouvoir ! Et puis, les pleurs des enfants l’avaient toujours ému.

Il se présenta ce soir là à l’orphelinat vers 22h30. Suivit de son garde du corps, il s’enfonça dans les sous-sols du bâtiment pour atteindre la partie « discrète » de l’établissement.

-Restez ici, mon brave, je n’en ai pas pour très longtemps. Empêchez juste quiconque d’entrer-

Le général laissa son cerbère sur le pas de la porte et entra dans la pièce insonorisée.

Il fut surpris de ne pas voir la directrice l’accueillir comme à son habitude, mais ses pensées se tournèrent rapidement vers Harki, nue, sur un matelas taché posé à même le sol.

Veldax commença à déboutonner son uniforme et lui lança :
-Alors mon enfant ? Il parait que tu ne parles toujours pas, que tu ne dis jamais rien ? Je vais te sortir des cris moi. Tu vas voir !-

Le garde du corps, posté devant la porte, n’entendit aucun cri.

Alors que le général était sur elle, elle lui dévora simplement la trachée et le regarda paisiblement, se vider de son sang, la bouche du pervers s’ouvrant et se fermant comme celle d un poisson sortit de l eau, tandis qu’il finissait de jouir, surpris.

Quand le garde finit par ouvrir la porte d’un violent coup d’épaule, plusieurs heures plus tard, il s'arrêta pour découvrir la scène et tomba à genoux pour vomir.

Harki était toujours nue, assise à même le sol, le visage couvert de sang séché, chantonnant doucement.

Le corps de la directrice fut retrouvé, quelques heures plus tard, dans une armoire de son bureau, la nuque brisée, le corps mutilé.

Un drap sur les épaules, Harki fut conduite au bloc de détention de la ville. Ses yeux verts regardaient tout.

Pour la première fois de sa vie, elle sortait de ce bâtiment.
Revenir en haut Aller en bas
 
la jeunesse d'Ogovi (2)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La jeunesse de Khassim Al-Rakim
» La jeunesse d'Alexandre
» Les trucs a faire avant la fin de la jeunesse...
» Laurelinn, souvenir de jeunesse : Le serpent .
» Les génériques de notre jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Archivage :: Le lieu du Role Play :: Histoires-
Sauter vers: